société Multipass c/ sté Smart and Co  

Cour d'Appel de Paris

Commander la décision en format PDF
(N°JTL MAG947CA - Droit commercial) :
From:
Subject: smartbox
Date: Wed, 16 Feb 2011 18:24:48 +0100
MIME-Version: 1.0
Content-Type: text/html;
charset="iso-8859-1"
Content-Transfer-Encoding: quoted-printable
Content-Location: http://www.juritel.com/documents/LDJ-1538.html
X-MimeOLE: Produced By Microsoft MimeOLE V6.00.2900.5994


smartbox
http-equiv=3Dcontent-type>

extrait des minutes du secr=E9tarlat Greffe de la Cour d=92Appel =
de=20
Paris
Grosses d=E9livr=E9es    
aux parties =
le:
REPUBLIQUE=20
FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

COUR D=92APPEL DE =
PARIS

P=F4le=20
5 - Chambre 4

ARRET DU 19 MAI 2010

(n=B0 126 , 4=20
pages)

Num=E9ro d=92inscription au r=E9pertoire g=E9n=E9ral:=20
09/02285

D=E9cision d=E9f=E9r=E9e =E0 la Cour : Jugement du 29 =
Janvier=20
2009

Tribunal de Commerce de PARIS - RG n=B0=20
2007052178

APPELANTE

SARL MULTIPASS
agissant poursuites =
et=20
diligences de son repr=E9sentant l=E9gal
34, avenue des Champs =
Elys=E9es
75008=20
PARIS

repr=E9sent=E9e par la SCP HARDOUIN, avou=E9s =E0 la =
Cour
assist=E9e de Me=20
WOOG LUMEAU, avocat au barreau de PARIS - toque P283
plaidant pour la =
SCP=20
WOOG et associ=E9s

INTIMEE

SAS SMART & CO
agissant =
poursuites=20
et diligences de ses repr=E9sentants l=E9gaux
1, bis rue =
Collange
92300=20
LEVALLOIS PERRET

repr=E9sent=E9e par la SCP GERIGNY-FRENEAUX, =
avou=E9s =E0 la=20
Cour
assist=E9e de Me TESSONNIERE Guillaume, avocat au barreau de =
PARIS - toque=20
B 1111

COMPOSITION DE LA COUR

    En =
application=20
des dispositions des articles 786 et 910 du code de proc=E9dure civile, =
l=92affaire=20
a =E9t=E9 d=E9battue le 6 avril 2010, en audience publique, les avocats =
ne s=92y =E9tant=20
pas oppos=E9s, devant Monsieur LE FEVRE, =
pr=E9sident.

    Ce=20
magistrat a rendu compte des plaidoiries dans le d=E9lib=E9r=E9 de la =
Cour, compos=E9e=20
de:
M.    LE FEVRE, pr=E9sident
M.   =
 ROCHE,=20
conseiller
M.VERT, conseiller

Greffier lors des d=E9bats : Mme =

CHOLLET

ARRET
    -  =20
 contradictoire
- prononc=E9 publiquement par M. LE FEVRE,=20
pr=E9sident
    -    par mise =E0 =
disposition de=20
l=92arr=EAt au greffe de la Cour, les parties en ayant =
=E9t=E9
pr=E9alablement avis=E9es=20
dans les conditions pr=E9vues au deuxi=E8me alin=E9a de l=92article 450 =
du
code de=20
proc=E9dure civile.
- sign=E9 par M. LE FEVRE, pr=E9sident et Mme =
CHOLLET,=20
greffier.

LA COUR,

Vu le jugement du 29 janvier 2009 du =
Tribunal=20
de commerce de Paris qui, dans un litige en concurrence d=E9loyale entre =
la SAS=20
SMART&CO, qui commercialise, sous les noms de Weekendesk, puis de =
Smartbox,=20
des coffrets-cadeaux contenant des =93ch=E8ques-cadeaux=94, bons =
=E9changeables=20
contre diverses prestations fournies par des tiers, et la SARL =
MULTIPASS, qui=20
exerce la m=EAme .activit=E9 sous le nom de Wonderbox, a notamment dit =
qu=92il n=92=E9tait=20
pas prouv=E9 que la SARL MULTIPASS ait =E9t=E9 responsable de =
l=92utilisation des mots=20
cl=E9s =93weekendesk=94, =93weekenddesk=94, =93week end desk=94 et =
=93smart box=94, mais a dit que=20
MULTIPASS avait commis des actes de concurrence d=E9loyale en utilisant =
des=20
fichiers appartenant =E0 son concurrent et en faisant l=92annonce =
mensong=E8re de=20
frais de livraison gratuits pour des achats de moins de 100=80, l=92a =
condamn=E9e=20
=E0payer=E0 SMART&CO 100 000 =80 de dommages et int=E9r=EAts, lui a =
fait injonction=20
sous astreinte de supprimer de ses mat=E9riels informatiques et de =
d=E9truire les=20
supports papiers relatifs aux informations confidentielles de =
SMART&CO, lui=20
en a interdit l=92usage, lui a interdit d=92exploiter l=92annonce =
=93coffret cadeau d=E8s=20
29,90 E livraison offerte. Commandez vite un coffret cadeau et profitez =
de la=20
livraison gratuite=94 sans proposer une livraison gratuite pour tous les =
coffrets=20
en vente sur le site, a ordonn=E9 l=92ex=E9cution provisoire et =
accord=E9 =E0 SMART&CO=20
10 000 =80 sur le fondement de l=92article 700 du Code de proc=E9dure=20
civile;

Vu les appels des soci=E9t=E9s SMART&CO et MULTIPASS, =
la jonction=20
des deux affaires, les conclusions du 30mars 2010 de la SARL MULTIPASS =
qui=20
demande =E0 la Cour d=92infirmer partiellement le jugement ; dire =
qu=92elle n=92a pas=20
commis d=92actes d=E9loyaux envers
SMART&CO, n=92a pas utilis=E9 =
les fichiers=20
litigieux ni diffus=E9 de message publicitaire trompeur, n=92est pas =E0 =
l=92origine de=20
message de nature =E0 cr=E9er la confusion et que l=92existence des =
pr=E9judices de=20
SMART&CO n=92est pas d=E9montr=E9e ; condamner SMART&CO =E0 lui =
payer
30 000=20
=80 en application de l=92article 700 du Code de proc=E9dure =
civile;

Vu les=20
conclusions du 6 avril 2010 de la SAS SMART&CO qui demande notamment =
=E0 la=20
Cour d=92infirmer partiellement le jugement ; condamner MULTIPASS =E0 =
lui payer les=20
sommes de 500 000 =80, 100 000 =80, 100 000 =80 et 50 000 =80 en =
r=E9paration de=20
plusieurs
pr=E9judices all=E9gu=E9s ; ordonner diverses interdictions =
et=20
publications, et r=E9clament 45 000 =80 au titre de l=92article 700 du =
Code de=20
proc=E9dure civile;


Consid=E9rant que le Tribunal a rappel=E9 =
les faits, la=20
Cour se r=E9f=E9rant =E0 son expose;

Consid=E9rant que c=92est de =
mani=E8re=20
pertinente et par des motifs que la Cour adopte que le Tribunal a =
estim=E9 qu=92il=20
n=92=E9tait pas =E9tabli que MULTIPASS avait commis des actes de =
concurrence d=E9loyale=20
par acquisition ou utilisation des mots litigieux, =91~propri=E9t=E9=94, =
comme
l=92a=20
dit le tribunal, de SMART&CO;

Consid=E9rant certes que =
SMART&CO=20
rapporte la preuve, par divers constats d=92huissier, de l=92apparition =
de liens=20
commerciaux de sa concurrente lors d=92une recherche sur les mots cl=E9s =
litigieux ;=20
qu=92entre ao=FBt 2007 et janvier 2008 le site internet www.wonderbox.fr =
de=20
la
soci=E9t=E9 MULTIPASS apparaissait en lien commercial lorsqu=92une =
recherche=20
=E9tait effectu=E9e sur Google ou Msn avec les noms commerciaux et de =
domaines=20
=93smart box=94, =93weekendesk=94, =93weekenddesk=94 et =93week end =
des/c=94 de la soci=E9t=E9=20
SMART&CO ; que celle-ci affirme que MULTIPASS a r=E9serv=E9 lesdits =
mots cl=E9s=20
aupr=E8s de Google et Msn, commettant ainsi un acte de concurrence=20
d=E9loyale;

Mais Consid=E9rant que l=92apparition du lien avec =
MULTIPASS=20
lorsque ces mots cl=E9s sont saisis ne suffit pas a prouver =

l=92implication de cette=20
derni=E8re, ni a constituer une pr=E9somption que MULTIPASS devrait =
combattre en=20
apportant la preuve contraire ; que les r=E8gles de la preuve et de la=20
responsabilit=E9 civile, r=E9sultant notamment de l=92article 1382 du =
Code civil, ne=20
sauraient =EAtre =E9cart=E9es ou invers=E9es en mati=E8re =
informatique;

Consid=E9rant=20
qu=92outre que MULTIPASS fait =E9tat de divers constat d=92huissiers =
effectu=E9s en=20
d=E9cembre 2007 dont il ressort que les mots cl=E9s litigieux ne =
renvoyaient pas=20
alors vers le site de Wonderbox, elle fait valoir que dans le cadre du =
processus=20
de mise en ligne des liens commerciaux MTJLTIPASS et eSearchVision =
s=E9lectionnent=20
la liste des mots cl=E9s destin=E9s =E0 permettre l=92apparition du lien =
commercial sur=20
la page pr=E9sent=E9e =E0 l=92internaute lorsqu=92il entre un de ces =
mots cl=E9s ; que les=20
mots s=E9lectionn=E9s sont acquis aupr=E8s des moteurs de recherche pour =
=EAtre int=E9gr=E9s=20
=E0 une liste par eSearchVision pour le compte de MtILTIPASS;
que =
l=92annonce qui=20
appara=EEt est une annonce d=E9pos=E9e par eSearchVisi=F4n aupr=E8s des =
moteurs de=20
recherche pour le compte de MULTIPASS ; que cette derni=E8re se =
r=E9f=E8re =E0 un=20
courrier =E9lectronique de eSearch Vision du 6 ao=FBt 2007 pr=E9cisant =
qu=92aucun mot=20
cl=E9 en relation avec les mots litigieux n=92avait =E9t=E9 achet=E9 par =
eSearchVision au=20
profit de MULTIPASS et remarque que les annonces mises en ligne par=20
eSearchVision au profit de MULTIPASS mentionnaient 2 000 activit=E9s =
alors que les=20
annonces litigieuses n=92en mentionnaient que
600; qu=92il appara=EEt =
tout =E0 fait=20
possible que les annonces litigieuses r=E9sultent de l=92intervention de =
tiers ou=20
d=92une erreur technique de eSearch Vision ; que SMART&CO r=E9pond =
elle-m=EAme, en=20
r=E9ponse =E0 une accusation de son adversaire, en page 16 de ses =
conclusions,=20
que
l=92apparition de ses annonces commerciales lorsqu=92on =
saisissait le mot=20
=93dakotabox=94 sur le moteur de recherche Google =E9tait due aux =
fonctionnalit=E9s de=20
recherche =E9tendue de Google et non =E0 l=92achat de ce mot cl=E9 par=20
SMART&CO;

Consid=E9rant toutefois que les moyens nouveaux et =
notamment=20
l=92all=E9gation de fautes nouvelles, =E0 l=92appui de la m=EAme demande =
de r=E9paration que=20
celle formul=E9e en premi=E8re instance, sont recevables en appel ; que =
MULTIPAS S a=20
commis une faute en ne mettant fln-
en tout cas de mani=E8re =
d=E9finitive et=20
permanente puisqu=92il r=E9sulte des constats pr=E9cit=E9s qu=92=E0 =
certains moments en=20
d=E9cembre 2007 les liens litigieux n=92apparaissaient pas - au trouble =
all=E9gu=E9=20
qu=92en f=E9vrier 2008 alors qu=92elle en avait connaissance depuis =
ao=FBt 2007 et=20
qu=92elle
avait la possibilit=E9 de la faire en inscrivant un =93mot =
cl=E9 n=E9gat~/=94=20
comme l=92a fait SMART&CO =E0 propos du mot cl=E9 =
=93dakotabox=94;

Consid=E9rant=20
en ce qui concerne les fichiers que c=92est de mani=E8re inexacte que la =
soci=E9t=E9=20
MULTIPASS soutient que l=92argument =E9mis par SMART&CO devant les =
premiers=20
juges a =E9t=E9 soulev=E9 en violation des termes de l=92ordonnance du =
18 septembre 2007=20
; que dans cette ordonnance, le juge rappelait seulement qu=92une mesure =
de=20
s=E9questre avait =E9t=E9 ordonn=E9e par une pr=E9c=E9dente ordonnance =
du 26 mars 2007, =93les=20
documents saisis ne devant =EAtre port=E9s =E0 la connaissance du =
requ=E9rant qu=92=E0=20
l=92issu d=92un d=E9bat contradictoire=94 ; que l=92ordonnance du 26 =
mars 2007 avait =E9t=E9=20
rendue sur requ=EAte et sans d=E9bat contradictoire ; mais que celle du =
18 septembre=20
a =E9t=E9 rendue =E0 l=92issue d=92un tel d=E9bat ; que ceci impliquait =
n=E9cessairement la=20
lev=E9e de la restriction; que l=92ordonnance du 18 septembre maintenait =
et=20
compl=E9tait la mission de l=92huissier; que ceci n=92avait de sens que =
si les parties=20
pouvaient utiliser dans le cadre d=92un d=E9bat au fond les documents =
saisis par=20
l=92huissier; qu=92adopter la position de MULTIPASS rendrait sans objet, =
en tout cas=20
priverait de toute efficacit=E9, l=92ordonnance du 18 septembre 2007, ce =
qui ne=20
saurait =EAtre admis;
Consid=E9rant que le Tribunal a justement =
retenu la=20
concurrence d=E9loyale de MULTIPASS du fait de l=92utilisation de =
fichiers=20
appartenant =E0 SMART&CO ; que MULTIPASS reconna=EEt elle-m=EAme en =
page 20 de ses=20
conclusions qu=92au moins une partie des fichiers saisis chez elle et =
analys=E9s par=20
l=92huissier appartenait =E0 SMART&CO, m=EAme si elle en =E9value la =
proportion a=20
seulement 20% ; que MULTIPASS est responsable des agissements de ses =
salari=E9s,=20
et ne peut utilement se d=E9fendre en d=E9clarant que la pr=E9sence des =
fichiers=20
r=E9sulte de l=92initiative de l=92un d=92entre =
eux;

Consid=E9rant sur le mensonge=20
publicitaire trompeur que le Tribunal a =E9galement retenu =E0 juste =
titre la faute=20
de MULTIPASS ; que le message =93coffret cadeau d=E8s 29,90 E www.=20
wonderbox.fr/livraison offerte. Commandez vite un coffret cadeau et =
profitez de=20
la
livraison gratuite=94, alors que ladite livraison n=92est gratuite =
que si=20
l=92achat est de plus de 1 00 =80 est manifestement trompeur m=EAme si =
l=92on peut=20
apprendre ais=E9ment ce dernier point au moyen d=92une manoeuvre =
suppl=E9mentaire ;=20
que l=92annonce de SMARTBOX =E9tant au m=EAme
prix de 29,90 =80 mais =
sans annonce de=20
gratuit=E9 de livraison laissait supposer qu=92il y avait un avantage de =
prix pour=20
Wonderbox;

Consid=E9rant sur le pr=E9judice que les agissements =
de MULTIPASS=20
ont cr=E9=E9 un principe de pr=E9judice pour SMART&CO ; que celui-ci =
est certes=20
limit=E9 dans la mesure o=F9, en ce qui concerne le message =
publicitaire, on=20
apprenait en cliquant sur Wonderbox que les ports
n=92=E9taient =
gratuits que =93=E0=20
partir ]00 E d=92achat et par colissimo uniquement=94 ; qu=92en ce qui =
concerne les=20
fichiers SMART&CO n=92apporte pas d=92=E9l=E9ments de calcul =
pr=E9cis quant =E0 l=92impact=20
de leur utilisation; qu=92en ce qui concerne le retard apport=E9 =E0 la =
r=E9gularisation=20
de
la situation concernant l=92affichage des liens commerciaux =
MULTIPASS a=20
b=E9n=E9fici=E9 de mani=E8re parasitaire des investissements de =
SMART&CO ; qu=92elle=20
l=92a priv=E9e d=92une chance d=92obtenir de meilleurs r=E9sultats et =
lui a caus=E9 aussi un=20
pr=E9judice moral;

Consid=E9rant qu=92en l=92absence de =
d=E9monstration chiffr=E9e=20
pr=E9cise de la part de SMART&CO, la Cour =E9value =E0 100 000 =80, =
toutes causes=20
incluses, le montant de son pr=E9judice; qu=92il y a lieu de confirmer =
le jugement,=20
quoique partiellement pour d=92autres motifs, la Cour en
adoptant les =
motifs=20
non contraires pour le surplus;

Consid=E9rant que la Cour =
n=92estime pas=20
utile d=92ordonner les publications demand=E9es;

Consid=E9rant =
qu=92il est=20
=E9quitable d=92accorder =E0 la soci=E9t=E9 SMART&CO la somme de 10 =
000 =80 au titre de=20
ses frais irr=E9p=E9tibles ; que la Cour reconnaissant la commission de =
plusieurs=20
fautes de la part de la soci=E9t=E9 MULTIPASS, celle-ci devra les =
d=E9pens=20
d=92appel;

PAR CES MOTIFS

Confirme le jugement=20
entrepris.

Condamne la SARL MULTIPASS =E0 payer =E0 la SAS =
SMART&CO la=20
somme suppl=E9mentaire de 10 000 =80 en application de l=92article 700 =
du Code de=20
proc=E9dure civile.

D=E9boute les parties de leurs autres=20
demandes.

Met =E0 la charge de la SAS MULTIPASS les d=E9pens =
d=92appel qui=20
seront recouvr=E9s selon les dispositions de l=92article 699 du Code de =
proc=E9dure=20
civile.
LE GREFFIER
LE PRESIDENT








Paiment sécurisé avec CyberMUT
  Partage
Twitter  Facebook Google

Flux RSS
 Add to netvibes  http://www.wikio.fr  Ajouter à Google
Retrouvez toutes nos coordonnées sur Juritel.tel

Suivre Juritel sur Twitter
Suivre JURITEL sur TWITTER

 
P@rticip@tion :Azique